compost

Le président du SYDEMER veut imposer aux autres communes ce qu'il refuse dans la sienne...à Roche-la-Molière !

Agm 034 2 jpg aAprès la victoire du Collectif CHUPA sur le choix de site

l'agitation fébrile gagne le SYDEMER de Saint-Etienne qui

veut refiler son usine à poubelles aux autres communes !!!!

Nous avons vu lors d'un précédent post comment s'était déroulé le conseil consultatif du SYDEMER de Saint-Etienne qui n'a jamais daigné donner réponse à l'artisan de la victoire : le collectif CHUPA, d'essence écolo-marxiste mais composé de plusieurs centaines de personnes de toutes sensibilités et écoeurées d'avoir à saisir la CADA pour obtenir une copie d'études pourtant financées par l'argent de nos impôts...

Cada chupa 001

Le 15/01/2016, le porte-parole du collectif CHUPA, Marc-Claude de PORTEBANE,

demande au SYDEMER de respecter son engagement à communiquer

en toute démocratie directe avec les populations locales !

Cada chupa b 001

..... ou être tenues dans l'ignorance totale, hormis les quelques communiqués de presse à sens unique distillés par le media dominant "Le Progrès" qui se fait acheter des pleines pages de pub ou d'abonnements par les communes via son agence de pub "Publiprint" comme nous l'avons relevé ici à Andrézieux-Bouthéon !!!!

Publiprint 001

Après les attentats contre "Charlie", peut-on parler encore de démocratie dans notre pays lorsque l'on voit les pressions financières des élu-es ou leur comportement anti-démocratique quand des collectifs ou des groupes de personnes ne sont pas de leur avis ?

La Tribune/Le Progrès continue à ignorer les principes mêmes de la démocratie ! Même l'élu de l'opposition d'Andrézieux-Bouthéon, Jean-Marc Pangaud, se dit "victime" d'iniquité ! Le Progrès roule-t-il pour ses lecteurs ou est-il la courroie de transmission des élu-es ????

Est-il nomal que l'édition du Progrès de l'Ondaine ait droit à de multiples billets sur les déchets alors que l'édition d'Andrézieux-Bouthéon la ferme sur les actions de notre collectif ?

Publiprint 2L'agence du "Progrès" d'Andrézieux-Bouthéon se comporte en unique "baronnie" de l'info en ne laissant que la part belle à la commune. C'est cela la démocratie ? Est-il normal que le collectif CHUPA ait dû attirer l'attention des actionnaires du "Progrès", dont le Crédit mutuel ou la famille Lignac sur ce parti pris inadmissible ?

Le SYDEMER ne tenait absolument pas faire preuve de démocratie directe pour relever le débat sur la politique des déchets dans le Forez-Sud en n'élargissant pas son consultatif au Collectif CHUPA pour la simple et bonne raison qu'il y avait risque certain de polémique directe sur les choix du/des sites consolidés par le cabinet MERLIN et ses nombreux juristes !

Depuis plus d'un an, le SYDEMER n'a eu de cesse de "bloquer" toutes les initiatives louables et démocratiques désirées sur le plan intellectuel et technique avec le collectif CHUPA.

La stratégie du SYDEMER de blocage total du collectif CHUPA a été la suivante :

- Repérer les appels du Collectif CHUPA au standard des EPCI pour l'empêcher d'avoir un contact direct avec les élu-es, agents des collectivités en charge de l'environnement ...

- Ne donner aucune réponse directe mais faire dévier automatiquement les appels du collectif CHUPA vers le SYDEMER...

- Bloquer ENSUITE le Collectif CHUPA auprès du SYDEMER (en branchant souvent le répondeur) et après lui refuser toutes demandes de RDV, de concertation (comme promis par le SYDEMER sur son site internet sur le choix du site de la future Usine à poubelles), l'empêcher surtout d'avoir accès aux informations sur le choix du site ou de la filière afin qu'il n'y ait surtout pas de contradiction.

- Repousser plusieurs fois les RDV sous X prétextes, donner un RDV en mairie de Roche-la-Molière et non pas au siège du SYDEMER.

Le collectif CHUPA qui représente plus de 9 000 personnes a été systématiquement mis à l'écart de façon dégueulasse de toute information sur le projet du SYDEMER et a dû se battre tout seul pour avoir la vraie information !

C'est cette dictature de l'information que le collectif dénonce alors que certains élu-es conduisent des listes pseudo-démocratiques dans leurs communes respectives !

Des pressions ont été exercées contre nos camarades écologistes qui ont été convoqués chez les flics, tout a été fait pour salir et traîner dans la boue le Collectif CHUPA, nos pétitions ont été interdites dans les mairies de Saint-Bonnet-les-Oules ou de Sainte-Foy l'Argentière et aussi ailleurs, nos pétitions version papier ont été volées ou déchirées, des pressions ont été faites contre ceux qui prenaient nos pétitions papier, l'accès aux voeux du maire de Saint-Etienne Métropole nous a été refusé après en avoir fait poliment la demande, la communication d'informations a été refusée au Collectif qui n'a pas hésité à démontrer qu'une association (La Fouillouse protégée) dite de "défense de l'environnement" était en fait financée par la mairie de La Fouillouse.... dont le maire est au SYDEMER, ladite association allant comme par hasard dans le sens du choix du SYDEMER en faveur du TMB alors qu'elle est membre de la FRAPNA et in fine de la FNE qui est totalement opposée au TMB, la presse locale d'Andrézieux-Bouthéon a tout fait pour saboter les communiqués de presse du Collectif, et.....

De Sivens à Notre-Dame-des-Landes, de Saint-Barthélémy-de-Vals à Bagnolet, de Bordères-sur-l'Echez à Saint-Barthélémy d'Anjou, de Romainville à Fos-sur-Mer, ces aléas, les militants du Collectif CHUPA les connaissent parfaitement.

Partout, c'est la même chose. Les élu-es se comportent en fossoyeurs de la démocratie. Ils méprisent le peuple. Ils avancent leurs dossiers avec des bulldozers avec l'argent des contribuables qu'ils dilapident sans complexe. Que ce soit dans le domaine des "Déchets", du "nucléaire" ou des "Lignes THT" par exemple.

Nos camarades de Bordères-sur-l'Echez ont monté leur ZAD et ils ont le soutien massif des populations locales. Ils ont donné de bons conseils au collectif CHUPA : surtout ne rien lâcher !

AURA Environnement

Epandage compost Usine à poubelles St-Barthelémy-de-Vals : le harcèlement des agriculteurs a mené au désastre !

Le coup de poignard dans le dos des élus par la FNSEA26 !

Les agriculteurs n'ont cessé de faire des pressions

sur la commune de Saint-Bathélemy-de-Vals

pour épandre leur compost qui révolte les habitants !

Roseraie 25Le tourisme équestre dans la région de Saint-Galmier sera-t-il durablement impacté par

l'épandage du compost issu de la future "Usine à poubelles" vers Andrézieux-Bouthéon

et aux odeurs insoutenables comme à Saint-Barthelémy-de-Vals dans la Drôme ?

Après les débats ayant eu lieu au conseil municipal en date du 02/03/2015, vu les demandes répétées des agriculteurs de la commune et au vu des améliorations apportées sur la production du compost issu du CVO (centre de valorisation organique des déchets ménagers) de Saint-Barthélémy-de-Vals, en particulier quant à la diminution des problèmes olfactifs, le conseil municipal et le maire - mis une nouvelle fois en confiance avant le désastre de cette fin d'année 2015 - avaient pris un arrêté municipal autorisant à nouveau l'épandage du compost issu de leur Usine à poubelles, quartier Combe Jacquet, dans les conditions suivantes :

- L'épandage du compost ne pouvait avoir lieu si le vent était supérieur à 40 km/heure.

- En cas de précipitations importantes.

- L'enfouissement de ce compost infâme devait intervenir dans les 24 h suivant son arrivée sur la parcelle concernée par l'épandage. L'identification de ces parcelles devant être communiquée aux services de la Mairie.

- Les camions transportant le compost devaient être obligatoirement bâchés afin d'éviter la propagation des odeurs insoutenables pour les riverains (Article 5).

- Le maire se réservait le droit d'établir l'interdiction d'épandage du compost issu de son "Usine à poubelles" en cas de problèmes olfactifs trop importants.

Le non-respect de ces dispositions a donc entraîné l'interdiction, 6 mois plus tard - via un nouveau arrêté municipal -, de l'épandage de ce compost dont personne ne veut plus sur tout le territoire de Saint-Barthelémy-de-Vals dans la Drôme.

Au jour d'aujourd'hui les plaintes ne cessent de pleuvoir à la mairie de Saint-Barthélémy-de-Vals où les habitants n'en peuvent plus des odeurs insoutenables de ce fameux "compost" - normé en plus - issu de nos poubelles porté à bout-de-bras par la chambre d'agriculture et des agriculteurs peu scrupuleux de l'Environnement et de la qualité de vie des citoyens qui en ont plus que marre des odeurs insoutenables lorsque les camions traversent leur village où le tourisme est mis en exergue.

Les habitants de la région d'Andrézieux-Bouthéon ne viendront pas dire qu'ils ne savaient pas quand le SYDEMER de Saint-Etienne voudra épandre du compost sur les terres ancestrales du Forez !!!!

Compost Infect + Odeurs infernales = élus en colère à St-Barthélémy-de-Vals (Drôme) : la même révolte vers Andrézieux-Bouthéon ?

A Saint-Barthelémy-de-Vals les habitants n'en peuvent plus :

le conseil municipal a pris un arrêté pour dire STOP

aux odeurs infernales et à l'épandage du "compost"

immonde sur tout le territoire de la commune :

Nous ne voulons pas de ce genre d'odeurs

ni de ce compost infâme vers Andrézieux-Bouthéon !

St barth arrete 2

L'écoeurement est général à Saint-Barthelémy-de-Vals dans la Drôme où est implanté l'Usine à poubelles locale : le CVO de Saint-Barthelémy-de-Vals géré par le SYTRAD.

Le 19/11/2015, Pierre MONTAGNE, le maire et le conseil municipal de Saint-Barthelémy-de-Vals ont pris un arrêté municipal en modifiant celui du 10/03/2015 qui avait donné toute confiance aux agriculteurs.

En effet, lors de la séance du conseil en date du 02/03/2015, à la demande de certains agriculteurs, le maire avait proposé d’abroger l’interdiction d’épandage du compost produit par le centre de valorisation des ordures ménagères de Saint-Barthélemy-de-Vals.

Il informait les habitants que Saint Barthélemy de Vals interdisait son utilisation sur l’ensemble de son territoire alors que toutes les communes des alentours l’autorisait. Dans ces conditions, le maire estimait qu’il était délicat de maintenir cette position même s’il était conscient que la préoccupation centrale reste la qualité du compost.

Sur ce point, il rappelait que ce compost semblait respecter les normes en vigueur. La qualité du produit s'étant nettement améliorée depuis le début de sa mise en production. Il précisait que s’il était décidé de prendre un nouvel arrêté, il serait nécessaire de fixer des conditions d’épandage strictes afin de limiter au maximum les nuisances olfactives.

Le maire soulignait également que l’utilisation de ce compost semblait être une solution avantageuse financièrement pour ses agriculteurs.

C'est ainsi que chaque élu a pris la parole pour donner son avis sur le sujet. Ludwig MONTAGNE faisait remarquer que la chambre d’agriculture ne se prononçait plus sur la qualité du produit. Maryse MONTALON proposait de faire un courrier pour leur demander de se positionner clairement. Plusieurs conseillers restaient prudents et souhaitaient également un avis de la chambre consulaire avant de prendre une décision. Delphine JUNIQUE estimait que la composition de ce compost n’est pas mauvaise et serait prête à l’utiliser sur ses sols en tant qu’agricultrice. Bernard ROYET, quant à lui, ne voyait pas d’inconvénient non plus à autoriser cet épandage. Le maintien de l’interdiction devant aller à l’encontre de l’intérêt de nos agriculteurs. C’était également également l’avis d’Yvan ROZIER. Jean-Claude MANGANO et Noël GREVE y étaient également favorables.

Le maire donnait aussi la parole aux agriculteurs présents dans la salle. Les avis étant très partagés, le maire proposait de revoir la Chambre d’Agriculture afin de rendre une réponse très rapide aux agriculteurs.

Après avoir reçu toutes les promesses adéquates, c'est ainsi que fut pondu par le maire l'arrêté d'autorisation d'épandage du compost issu du CVO de Saint-Barthelémy-de-Vals, le 10/03/2015.

PATATRAS ! La séance du 09/10/2015 fut houleuse !!! NOUVELLE INTERDICTION D'EPANDAGE DU COMPOST à SAINT-BARTHELEMY-DE-VALS !!!! OBLIGATION DE BACHER LES CAMIONS CHARGES DE COMPOST AFIN D'EVITER LA PROPAGATION DES ODEURS INSOUTENABLES POUR LES RIVERAINS !!!!

En effet, le Maire faisait part à l’assemblée qu’un courrier avait été envoyé aux agriculteurs concernant l’épandage du compost.

Cette lettre avait pour objet le rappel des règles fixées par l'arrêté autorisant l'épandage du compost issu du centre de valorisation des déchets ménagers géré par le Sytrad.

Il a été rappelé aux agriculteurs qu’ils ne respectaient pas l'arrêté notamment sur les points suivants :

- Pas d’indication sur les lieux et jours où le compost estépandu,

- Le compost n'est pas enfoui dans les 24h suivant son épandage,

- Le compost ne doit pas être laisséà l'air libre pendant plusieurs jours à proximité des habitations,

- Le transport du compost est fait dans des conditions anormales car les chargements sont trop importants et occasionnent des déversements sur la chaussée, provoquant des nuisances d'odeurs et de saleté sur les lieux de votre passage.

C'est ainsi que le 19/11/2015, après les très nombreuses plaintes enregistrées en mairie depuis 2 semaines quant aux odeurs infernales générées par l'épandage du compost issu du CVO et le non-respect des dispositions de l'arrêté N° 47/2015 par les agriculteurs de la commune et ce, malgré la lettre de rappel envoyée le 22/09/2015, le maire tapa du poing sur la table en prenant un arrêté le 19/11/2015 cisant à interdire de NOUVEAU l'épandage du compost sur le territoire de la commune de Saint-Barthelémy-de-Vals, notamment dans le quartier Combe Jacquet, et ce, jusqu'à nouvel ordre  !

L'article 2 de l'arrêté du 19/11/2015 stipule, quant à lui, que "Les camions et remorques transportant le compost issu du centre de valorisation des déchets de Saint-Barthélemy-de-Vals devront être obligatoirement bâchés afin d'éviter la propagation des odeurs insoutenables pour les riverains".

Voilà ce qui nous attend dans la région d'Andrézieux-Bouthéon si jamais le projet d'Usine à Poubelles TMB/Méthanisation voyait le jour avvec l'approbation des élu-es du SYDEMER de Saint-Etienne !

Nous vous demandons de soutenir notre Collectif "Halte à l'Usine à Poubelles vers Andrézieux-Bouthéon" pour que nous puissions sensibiliser les élu-es et Jean-Claude SCHALK, le maire d'Andrézieux-Bouthéon qui doivent s'attendre à de telles catastrophes pour TOUS les habitants de la région : Andrézieux-Bouthéon, Bonson, La Fouillouse, Saint-Bonnet-les-Oules, Saint-Galmier, Saint-Just-Saint-Rambert, Veauche, Veauchette .....etc, qui seront directement impactés par odeurs insoutenables et épandage de compost de très mauvaise qualité dont les promoteurs ne cessent sans arrêt de nous vanter les "qualités" pestilentielles.... rejetées de façon catégorique par les élu-es et les riverains des régions concernées.

C'est ainsi que le porte-parole du Collectif "Halte à l'Usine à Poubelles vers Andrézieux-Bouthéon", Marc-Claude de PORTEBANE a décider de créer un nouveau rassemblement de citoyens opposés au compost issu du TMB/Méthanisation, cette fois vers Saint-Barthelémy-de-Vals dans la Drôme : le Collectif "STOP Epandage Compost Saint-Barthelémy-de-Vals" (S.E.C.S.).

Le collectif S.E.C.S de la région de Valence viendra donc en renfort vers Andrézieux-Bouthéon au collectif C.H.U.P.A.

Nous espérons obtenir le soutien national de toutes les associations existantes en France mais aussi dans les D.O.M et le T.O.M pour combattre cette verrue : le TMB/Méthanisation qui n'est que ruine financière de nos collectivités !

Cette si mystérieuse "Panne mécanique" au CVO de Saint-Barthélemy-de-Vals qui rend le SYTRAD de Valence muet comme une carpe !

Le SYTRAD de PORTE-LES-VALENCE botte

en "touche" concernant la "panne mécanique" :

un Collectif de riverains est en voie de constitution

pour connaître la VRAIE vérité sur son fonctionnement.

image: http://l-idiot-provincial.e-monsite.com/medias/images/sytrad-bis-026.jpg?fx=r_700_531

Sytrad bis 026

Le 08/12/2015 le Collectif C.H.U.P.A a participé à la réunion avec les riverains sur le site CVO d'Etoile-sur-Rhône.

Au menu : l'ERS (L'Evaluation des Risques Sanitaires) réalisée par l'Apave les 12, 13, 14 janvier 2015

Le centre de Valorisation Organique des déchets ménagers résiduels, situé à Saint-Barthélemy-de-Vals d'une capacité annuelle de 40 000 T sépare les divers déchets contenus dans la poubelle d'ordures ménagères résiduelles et isolent les déchets fermentescibles pour produire du compost "normé" sur site, ainsi que les métaux recycables et les combustibles en vue d'une valorisation matière et énergétique dans des unités spécialisées.

L’exploitation du site suite aux travaux d’optimisation a démarré le 8 juillet 2013.

Le 21 août 2013 un incendie en a détruit une partie du système de traitement de l’air.

Les travaux de réparation ont été entamés le 2 mars 2015. La première phase des travaux de réparation a débuté le 2 mars 2015 : suite au déblaiement des gravats et débris de l’incendie des fissures ont été constatées sur les murs du local laveur. Ces fissures ont impliqué une phase d’expertise débutée en juillet et toujours en cours pour vérifier si le génie civil devait être renforcé.

Dans un mail que nous avons reçu aujourd'hui, (et faisant suite à notre participation à la réunion des riverains sur le site CVO d'Etoile-sur-Rhône le 08/12/2015), le SYTRAD nous confirme de façon très laconique que "l’usine est à l’arrêt suite à une panne mécanique", sans plus de précisions.

Un peu simplet comme réponse, non ?

A suivre


En savoir plus sur http://l-idiot-provincial.e-monsite.com/blog/la-semaine-de-l-idiot-provincial/cette-si-mysterieuse-panne-mecanique-au-cvo-de-st-barthelemy-de-vals-qui-rend-le-sytrad-de-valence-muet-comme-une-carpe.html#QPDqFrWkxI7UQCfi.99

L' étude commandée par la Fédération éco-citoyenne de Vendée (Feve) remettait en cause qualité du compost sorti d’une usine TMB vendéenne

Réalisée par le cabinet Analytika (1), l’analyse révèle la présence de «micro-contaminants organiques cancérigènes et de certains métaux lourds dans des proportions importantes», au sein du compost produit par l’installation de Saint-Christophe-du-Ligneron, exploitée par le syndicat mixte départemental d’études et de traitement des déchets ménagers et assimilés de Vendée (Trivalis).

Observé à la loupe, l’échantillon prélevé par la Feve était destiné à être épandu sur une exploitation agricole. Or il affiche un grand nombre de phtalates, dont le DEHP –cancérigène probable et perturbateur endocrinien- en grande majorité. Il faut y ajouter du phénol en quantité non négligeable et des acides gras saturés et insaturés. «Le degré de pollution chimique organique de cet échantillon apparaît particulièrement préoccupant, et des mesures quantitatives complémentaires nous semblent absolument indispensables avant la mise sur le marché d’un tel produit, dont l’usage est très vraisemblablement dangereux», conclut l’étude.

Du côté des métaux, le compost de Saint-Christophe-du-Ligneron présente des dépassements importants en plomb (1.600 milligrammes par kilo alors que la norme NFU 44051 affiche une valeur-limite de 180 mg/kg), en cadmium (3,96 mg/kg au lieu de 3 mg/kg autorisés), en zinc (2.200 mg/kg au lieu de 600 mg/kg), en arsenic (18,7 mg/kg au lieu de 15 mg/kg) et en chrome (130 mg/kg au lieu de 120 mg/kg).

Toujours en préparation, la future norme européenne sur le compost,  prévoit des valeurs-limites encore plus exigeantes: 120 mg/kg pour le plomb, 1,5 mg/kg pour le cadmium, 400 mg/kg pour le zinc, et 100 mg/kg pour le chrome.

Contacté par le JDLE, Paul Arrivé, président de la Feve, ajoute que de nombreuses associations, y compris France Nature Environnement, n’avaient pu participer au comité d’élaboration de la norme NFU 44051. Une raison pour laquelle elle s’avère aujourd’hui parmi les plus laxistes de l’Union européenne. «Concrètement, on constate que les processus de friction et de tamisage opérés dans l’usine de TMB ne parviennent pas à réduire les métaux, comme l’aluminium, qui reste totalement piégé dans le compost final», alerte Paul Arrivé. Si l’association a choisi le laboratoire Analytika, c’est pour son indépendance, sur le conseil de François Veillerette, président de Générations futures.

«Nous avons écrit au préfet de la Vendée il y a quinze jours pour demander l’arrêt immédiat de tout épandage toxique sur les exploitations agricoles», poursuit le président de la Feve. Un courrier resté pour l’heure sans réponse, alors que la seule usine de TMB de Saint-Christophe-du-Ligneron peut produire 23.000 tonnes de compost par an. La deuxième usine de TMB vendéenne, située à Château d’Olonne, devrait également faire l’objet d’analyses complémentaires.

De son côté, Trivalis conteste les résultats de ces analyses, jugeant qu'ils ne correspondent pas au compost issu de Saint-Christophe-du-Ligneron, et refuse de répondre aux questions des journalistes. «Des plaintes vont être déposées dans le courant de la semaine», a seulement indiqué Didier Thietry, directeur du syndicat. Elles seront déposées pour diffamation et pour faux et usage de faux.

(1)Le cabinet Analytika, dirigé par Bernard Tailliez et basé à Cuers (Var), a participé aux analyses conduites après le naufrage de l’Erika. Ses résultats n’ont jamais été contestés par Total.

Source : Journal de l'Environnement - Juin 2013

TATOU JUSTE : le Collectif contre le projet d'Usine à poubelle vers Saint-Etienne voit juste !

Plus de 2 500 tracts ont été distribués par le

Collectif "Halte Usine à poubelles vers Andrézieux-Bouthéon"

en ces mauvais temps de COP21 à Saint-Etienne !

Tatoujuste 019

PETITION :

http://www.mesopinions.com/petition/politique/halte-usine-poubelles-za-vers-andrezieux/15574

Alors que l'hypocrisie collective s'empare de la COP21, les militant-es du Collectif "Halte Usine à poubelles vers Andrézieux-Bouthéon" ont massivement distribué leurs tracts contre le projet d'implantation d'une usine TMB/Méthanisation, au nord de Saint-Etienne, vers Andrézieux-Bouthéon, près des habitations de La Fouillouse, de Saint-Bonnet-les-Oules, de Saint-Galmier ou de Saint-Just-Saint-Rambert, de Veauche ou même de Veauchette.

Tatoujuste 034

Les tracts du collectif C.H.U.P.A présents sur 80 % des tables

Tatoujuste 035

des exposants ont reçu un excellent accueil !

La 10° édition du salon "TATOU JUSTE" était sponsorisée par Saint-Etienne Métropole (SEM), la ville de Saint-Etienne, le CRESS (Chambre régionale de l'économie sociale et solidaire en Rhône-Alpes), la très catho radio RCF, la région Rhône-Alpes, le Département de la Loire, Rencontres solidaire, Radio Ondaine et la voix sans supposé maître : Radio Dio.

Tatoujuste 033Plus de 20 militant-es du Collectif anti Usine à poubelles ont, au travers de leur "éco-geste", sensibilisé l'opinion publique sur le projet du SYDEMER de construire la plus vaste usine à poubelles TMB/Méthanisation vers Andrézieux-Bouthéon au Nord de Saint-Etienne.

Tatoujuste 030

Présent sur le stand de Greenpeace, le Collectif C.H.U.P.A a tenu a rappeler les dangers inhérents au projet de la future usine (Tri Mécano-Biologique) à poubelles qui attend les populations riveraines d'Andrézieux-Bouthéon :

- Odeurs insoutenables constatées dans toute la France,

- Risque d'accident grave type AZF

- Dégradation des conditions de vie, de travail, de commerce

- Perte de valeur des biens immobiliers...

Tatoujuste 017

Le projet du SYDEMER est déjà périmé comme en témoigne les échecs des territoires ayant choisi ce système à l'image du SYTRAD vers Valence où le compost de mauvaise qualité a été refusé par les agriculteurs, où l'explosion des coûts n'a cessé de se dégrader pour les contribuables, où la déresponsabilisation du citoyen a été mise en exergue pour ne plus l'inciter à trier ses déchets.

Tatoujuste 027

Le Collectif C.H.U.P.A propose :

  • Le compostage individuel et collectif de la fraction fermentescible des OM comme préconisé par l’ADEME et France Nature Environnement pour produire un compost de qualité
  • La redevance incitative pour réduire les quantités de déchets à traiter et permettre des économies pour les citoyens responsables.

#JesuisantiTMB. USINE à POUBELLES Loire : Notre projet de ZAD (ZONE A DEFENDRE) à l'étude vers Andrézieux-Bouthéon.

A4 2---- Recherchons bénévoles révoltés : ingénieurs spécialisés TMB/Méthanisation, conseillers en communication, conseillers techniciens logistique, lieux de stockage logistique région de Saint-Etienne, conseillers stratégie révolutionnaire ZAD, conseillers prévention des risques, tous volontaires et militants ATTENTION non-violents...

A6
MAIL chiffré : collectifhalte-usinepoubellesydemer@laposte.net


PAGE FACEBOOK : https://www.facebook.com/Collectif-Halte-Usine-Poubelles-vers-Andr%C3%A9zieux-Bouth%C3%A9on-Loire-CHUPA-846647175450308/?ref=bookmarks

PETITION Internet : http://www.mesopinions.com/petition/politique/halte-usine-poubelles-za-vers-andrezieux/15574

PETITION Papier : idem qu'internet

Projet d'Usine à Poubelles vers Andrézieux-Bouthéon : les PRECONISATIONS du Collectif C.H.U.P.A

VOICI CE QUE NOUS PRECONISONS :

NON A UNE USINE A POUBELLES

VERS ANDREZIEUX-BOUTHEON !

Agissons tant qu’il en est encore temps : les élus doivent entendre la population !

Exigeons la concertation promise par le SYDEMER sur le/les site-s d’implantation !

NOUS, HABITANTS ET SALARIES

DU SECTEUR D’ANDREZIEUX, REFUSONS :

 

  • LES ODEURS INSOUTENABLES constatées dans toute la France dans les unités de tri-compostage d’ordures ménagères.
  • LE RISQUE D'ACCIDENT GRAVE TYPE AZF, la maîtrise du biogaz étant imparfaite dans les méthaniseurs à déchets.
  • LA DEGRADATION DE NOS CONDITIONS DE VIE, DE TRAVAIL, DE COMMERCE, autour des usines à poubelles.
  • LA PERTE DE VALEUR DE NOS BIENS, appartements, maisons, commerces, locaux d'entreprise.

 

CE PROJET EST DEJA PERIME comme en témoignent les échecs des territoires ayant choisi ce système (cf. le SYTRAD à Valence) :

  • Compost de mauvaise qualité refusé par les agriculteurs
  • Explosion des coûts pour le contribuable
  • Déresponsabilisation du citoyen qui n’est plus incité à trier

Farc ep 040

 

NOUS PROPOSONS :

  • Le compostage individuel et collectif de la fraction fermentescible des OM comme préconisé par l’ADEME et France Nature Environnement pour produire un compost de qualité
  • La redevance incitative pour réduire les quantités de déchets à traiter et permettre des économies pour les citoyens responsables

 

DEJA PLUS DE 7 000 SIGNATURES POUR NOTRE PETITION

(Internet + Version papier chez vos artisans/commerçants)

TOUS ENSEMBLE CONTRE LE PROJET

DE TRI-COMPOSTAGE / METHANISATION !

REJOIGNEZ Le COLLECTIF

« HALTE A L’USINE A POUBELLES VERS ANDREZIEUX-BOUTHEON »

ZI – Avenue Fourneyron 42160 Andrézieux-Bouthéon

Mail : collectifhalte-usinepoubellesydemer@laposte.net

SITE : http://collectifhalteusinepoubellesandrezieuxboutheon.e-monsite.com/

HALTE USINE à POUBELLES vers ANDREZIEUX-BOUTHEON : le Collectif C.H.U.P. A alerte la ministre de l'Ecologie Ségolène ROYAL

NOUS AVONS ALERTE la MINISTRE de l'ECOLOGIE Mme SEGOLENE ROYAL sur le PROJET D'USINE à POUBELLES TMB/METHANISATION vers ANDREZIEUX-BOUTHEON voulu par les ELU-ES du FOREZ-SUD composant le SYDEMER de SAINT-ETIENNE (Loire) :
 
Ministère de l’écologie, du développement durable et de l’énergie           
A l’attention de Mme la ministre, Ségolène Royal
Le 28/10/2015

Mme la Ministre,

Nous sommes un collectif qui regroupe les habitants du Forez-sud opposés au projet de tri mécano-biologique (TMB) des ordures ménagères en vue d’une valorisation agricole porté par le SYDEMER de Saint-Etienne (Loire). En effet, contre l'avis des associations de défense de l'environnement, les élus du Stéphanois et du Montbrisonnais ont rejeté la solution de collecte séparée des biodéchets au profit d'une filière basée sur un TMB totalement dépassé et rejeté par l’article 70 de la loi relative à la transition énergétique pour la croissance verte. Nous dénonçons ce choix et préconisons un dispositif de tri à la source des biodéchets performant, seul à même de produire un compost de qualité, associé à une production de CSR (combustible solide de récupération) pour une valorisation énergétique des déchets non fermentescibles.

Notre pétition internet et papier, lancée fin août 2015, réunit déjà plus de 7 000 signatures, ce qui est considéré comme un nombre déjà très important par nos camarades de l’association ARIVEM Méthanisation.

Nous souhaiterions connaître votre position sur ce projet et vous appelons à adresser une mise en demeure au président du SYDEMER, comme vous venez à juste titre de le faire contre le projet de l'UTV de Bordères-sur-l'Echez (65), pour que lui et les élu-es de son comité syndical revoient leur projet dans le sens préconisé par la loi TECV.

Je vous remercie de votre réponse et vous prie de croire, Mme la ministre, à l’expression de ma considération distinguée.

Marc-Claude de PORTEBANE
Porte-parole du Collectif C.H.U.P.A
Collectif Halte Usine à Poubelles vers Andrézieux-Bouthéon
Avenue Benoit Fourneyron –
ZI– Avenue Benoit Fourneyron –
42160 ANDREZIEUX-BOUTHEON

Usine compostage vers Andrézieux-Bouthéon-Loire : les maraîchers du Forez n'en veulent pas de leur compost !

Les maraîchers que nous avons contacté ne

veulent absolument du futur compost issu

des ordures ménagères de la future

 "Usine à poubelles" du sud La Loire !

A11

Les maraîchers du Forez-Sud que nous avons contacté aujourd'hui, ne veulent en aucun cas du futur compost de la future Usine à poubelles de Saint-Etienne (Loire) qui devrait voir le jour dans le prochaines années vers Andrézieux-Bouthéon..

En effet, "A Pic Légumes" de Saint-Héand, ou "Patrick Chenet" à l'Etrat ne veulent en entendre parler. Patrick Chenet en utilise d'ailleurs très peu car il prend déjà celui issu de la déchèterie de Saint-Just Saint-Rambert.

D'autres maraîchers ont préféré garder l'anonymat et nous ont promis de grossir les rangs de notre collectif dans les prochains mois.

Surtout pas de "bio-déchet" !!!

Et il ne faudra surtout pas compter sur l' "earl du Bois carré" horticulteur à Saint-Bonnet-les-Oules qui a rejoint notre Collectif depuis plusieurs semaines avec ses amis producteurs de fromages locaux, notamment de la région de Saint-Héand, sans parler de ce commercial qui visite les paroisses de la région forézienne !

Tout comme, nous pouvons compter sur le soutien actif du pépiniériste Denis Bouteille de Chamboeuf (Saint-Galmier) qui, non seulement est un de nos fervents partisans mais qui est aussi un spécialiste issu de l'horticulture spécialisé dans la production d'arbustes, d'arbres et de plantes vivaces.

Le compost ? Il connaît trop bien, surtout celui de Saint-Just-Saint-Rambert !!!

Les maraîchers, horticulteurs, pépiniéristes et autres amoureux de la nature du Forez ne tiennent pas à finir... sur "la paille" !

Marols et Cie : Plus de 7 000 signatures pour notre pétition (papier + internet) : "Halte Usine à Poubelles vers Andrézieux-Bouthéon" !

Les signatures pleuvent pour notre pétition version papier :

"Halte à l'usine à poubelles sur deux ZA vers Andrézieux-Bouthéon"

qui réalise un carton dans les zones rurales

à 80 km autour d'Andrézieux-Bouthéon !

Lien de la pétition :

http://www.mesopinions.com/petition/politique/halte-usine-poubelles-za-vers-andrezieux/15574

St bon 033

En ce début d'octobre 2015, nous dépassons les 7 000 signatures pour notre pétition sur internet (2 137signatures) mais aussi disponible en version papier (4 402 signatures) dans plus de 220 commerces, associations, etc..

Notre Collectif C.H.U.P.A s'est fixé un objectif à minima de 50 000 signatures pour notre pétition qui reçoit le soutien de larges pans des populations rurales souvent tenues dans l'ignorance par leurs élu-es.

Notre Collectif et notre pétition sont également soutenus au niveau national par le regroupement "ARIVEM Méthanisation" qui centralise toutes les luttes nationales CONTRE le TMB/Méthanisation dont personne ne veut.

St bon 025

Très bon accueil pour notre pétition à Marols dans le Forez

St bon 030

.....Village d'artistes au coeur du village de caractère.....

St bon 028

N'oubliez pas de venir discuter le "bout de gras"

sur ce projet d'Usine à poubelles

le 22/10 au vernissage programmé par

Aurel MARGINEAN (Architecte & Artiste-peintre)

Notre Collectif indépendant dénonce le vote des élu-es PCF, Front de gauche, Les Verts EELV, de gauche et de droite qui ont voté pour l'implantation de cette future Usine à poubelles qui coûtera très cher aux contribuables (autour des 80 millions d'euros).

Notre Collectif indépendant de tous les partis politiques et des associations environnementales a prévu plusieurs actions de sensibilisation des populations locales autour de Roche-la-Molière pour dénoncer les hypocrisies locales visant à faire croire aux populations locales que ce projet d'Usine n'est que le projet du président et maire de la ville : Eric BERLIVET.

Mr BERLIVET (UDI) est aussi soutenu par des maires communistes, écologistes et de gauche dans ce projet d'Usine à poubelles.

Les 600 000 habitants des 204 communes concernées par ce projet d'Usine à poubelles doivent savoir que l'on nous refait le "coup de Sivens" où, dans le Tarn, ce sont les élu-es de gauche du Département qui sont à l'origine du projet de ce barrage immonde, soutenu également par les gros propriétaires fonciers comme ceux de la FNSEA, et de ses conséquences tragiques telles que la mort de notre camarade Rémi Fraisse.

Nous informerons donc les populations des alentours de Roche-la-Molière mais aussi du Sud-Forez des dangers encourus pour notre lutte par de potentielles récupérations politiques de ce projet d'Usine à poubelles voulu par les élu-es du SYDEMER de Saint-Etienne dont le comité syndical est composé de titulaires et de suppléants de TOUTES les tendances politiques.

Plusieurs réunions de quartier seront donc programmées dans les prochaines semaines autour de Roche-la-Molière. Des traducteurs en arabe ou en différents dialectes locaux seront là pour informer nos camarades qui ont du mal à comprendre le français.

K1 024

Appel au boycott : la FRAPNA 42 a refusé de soutenir notre pétition et notre Collectif.

La FRAPNA 42 peut-elle nous dire ce qu'elle pense du vote du 4 ° adjoint au maire de Firminy, Raphaël BROUAILLER-CHAVASSIEUX (élu Europe Ecologie Les Verts EELV), (qui a voté 100 % avec ses 29 collègues, (PCF, de gauche comme de droite), le 20 mars 2015 à 9h30 :

- POUR le choix des sites "LES PLUS ADAPTES" pour accueillir la future "Usine à poubelles" : (ZA l'Orme les Sources - ZAIN Opéra parc international - Borde matin à Roche-la-Molière) ?

Marc-Claude de PORTEBANE

 

La norme française NFU 44051 dite "de qualité" : une norme bien plus laxiste que la norme européenne pour aller sur nos terres !

NON aux plastiques, verres, métaux

sur nos terres agricoles du Forez !

K1 036Ici vue du "Belvédère" - à 2 pas du parcours de santé - à La Fouillouse :

K1 033les inquiétudes des agriculteurs sont vives !

La norme française (NFU 44051) dite « de qualité » autorise pour chaque mètre cube de compost produit : 2,7 kg de plastiques et 5 kg de verres et métaux. Ce sont donc tous ces contaminants qui s’accumulent dans les sols dédiés à la production de notre alimentation. Cette norme est bien plus laxiste que la norme européenne qui refuse que les composts issus de TMB sortent du statut de déchets.
 
En France, ce procédé se développe rapidement pour valoriser nos ordures ménagères en compost alors qu’en Europe ce procédé est surtout utilisé comme moyen de stabilisation des ordures ménagères avant leur enfouissement, le compost issu de TMB étant inutilisable en agriculture.

 

Le saviez-vous ?
L’ADEME ne subventionne plus l’installation de nouvelles unités de TMB mais propose depuis 2013, une bonification pour la mise en place de la collecte séparée par les collectivités. Manque de recul sur le procédé TMB, impacts environnementaux et sanitaires colossaux, surcoûts, problèmes d’acceptabilité sociale… la gestion séparée des biodéchets devient de fait, la seule solution durable.

Nos Vidéos sur le TMB-Méthanisation : la révolte des populations locales !

Ailleurs, ils n'en veulent plus du TMB-Méthanisation !

STOP aux NUISANCES INSUPPORTABLES !

Pourquoi le projet du SYDEMER

serait-il plus encore parfait que les autres à

Andrézieux-Bouthéon, La Fouillouse, Roche-la-Molière ?

Aa101

Merci de cliquer sur ce lien pour voir la révolte des populations locales :

http://collectifhalteusinepoubellesandrezieuxboutheon.e-monsite.com/videos/

UN PETIT MOT sur les "performances" de l'Usine TMB-Méthanisation de FOS-SUR-MER vantée par le SYDEMER

En 2010, TOUT le digestat a été enfoui en décharge !

En 2011, 12 % du digestat a été valorisé

et 88 % a fini en décharge !!!

Tmb 2 2

Voici ce que l'on peut lire dans le rapport officiel pour l'année 2010 :

"En 2010, du fait du démarrage de l'installation et de l'optimisation du process de compostage/maturation, la gestion du compost par lots n'avait pas encore commencé. De ce fait, et bien que certains résultats d'analyse aient attesté du respect de la norme NF U44 051, l'ensemble de la production de compost de 2010 a été envoyée en installation de stockage".

Source : Etat des lieux Méthanisation mars 2011. AMORCE - ADEME

K1 026 jpg 2

Le président du SYDEMER dit que notre Collectif

parle de l'incinérateur de FOS-SUR-MER

Mais, non, Mr BERLIVET, nous parlons bien du TMB-Méthanisation

avec les chiffres de l'ADEME et de la CLIS de FOS-SUR-MER !!!

Le bilan pour 2011 ?

19 621 T de digestat ont été produits. Qu'est-il devenu ?

Réponse : 17 248 T ont été enfouies en décharge, soit 88 %.

Alors que seulement 2 373 T ont été "valorisées", soit 12 % !

88 % en décharge et seulement 12 % de "valorisé" de ce digestat qui n'a servi qu'à " des travaux de type "revégétalisation .... d'installation de stockage" !

En clair, ce "digestat valorisé" a été utilisé .... pour recouvrir la décharge de FOS-SUR-MER !

NOTA BENE : Ce sont les chiffres révélés par l'exploitant, lors de la CLIS du 31/01/2012.

Rappel :

CLIS = Le décret donnant naissance aux commissions de suivi des sites autour des installations industrielles est paru au Journal officiel du 9 février. Ces commissions se substituent aux comités locaux d'information et de concertation (Clic) autour des installations Seveso seuil haut et aux commissions locales d'information et de surveillance (Clis) autour des installations de traitement de déchets.

L'article L. 125-2-1 du Code de l'environnement prévoit que le préfet peut créer autour des installations classées (ICPE) soumises à autorisation ou dans des zones comportant des risques industriels une commission de suivi lorsque les nuisances, dangers et inconvénients présentés par ces installations le justifient.

Le décret précise les modalités de constitution et de fonctionnement des commissions de suivi. Ces commissions sont composées de représentants de l'Etat, des collectivités territoriales, des riverains, des exploitants et des salariés. Elles ont vocation "à constituer un cadre d'échange, à suivre l'activité des ICPE concernées et à promouvoir l'information du public", explique le ministère de l'Ecologie.

Le texte précise que les Clic et les Clis existantes remplissent les attributions des commissions de suivi de site "jusqu'au renouvellement de leur composition".

ADEME = Opérateur de l’État pour la transition écologique, l’ADEME met à votre disposition son expertise et ses services pour vous orienter dans toutes vos démarches.

AMORCE = AMORCE est l’association nationale des collectivités, des associations et des entreprises pour la gestion des déchets, de l’énergie et des réseaux de chaleur. Fondée en 1987 avec une cinquantaine d’adhérents, elle en fédère aujourd’hui 825.

POLEMIQUES. L'entretien au journal "LE PROGRES " du porte-parole du Collectif HALTE Usine à Poubelles vers Andrézieux-Bouthéon !

POURQUOI NOTRE COLLECTIF A RAISON DE SE MOBILISER

CONTRE LE PROJET D'USINE à POUBELLES

vers ANDREZIEUX-BOUTHEON ?

La Tribune-Le Progrès (Edition du lundi 14/09/2015) :

K1 024

- Le porte-parole du Collectif C.H.U.P.A., Marc-Claude de PORTEBANE : "Blackout complet en terme de communication de la part du SYDEMER ... pas de concertation locale sur ce projet depuis 2012 .... les maires ne sont pas au courant.... levée de boucliers sur le TMB à Fos-sur-Mer.... les agriculteurs ne veulent pas de ce compost car il y a du verre et du plastique... le biogaz sera impur..... les déchets ultimes seront encore enfouis à Roche-la-Molière .... encore des trafics de camion .... notre pétition touchera les 204 communes concernées."

K1 032- "Les élus n'ont pas crié haut et fort que trois sites avaient été retenus"

K1 025

- "Des remous autour d'une usine pour les déchets ultimes"

K1 025 jpg 2- "Cet été, fermeture de l'usine de valorisation de l'agglomération d'Angers qui a eu un fonctionnement chaotique depuis sa création seulement quatre ans auparavant. 60 millions d'euros ont été engloutis à perte. Le compost obtenu par tri mécano biologique n'a jamais été pur. De plus, en raison d'un problème d'aération, les salariés respiraient de trop fortes concentrations d'ammoniac...."

K1 025 jpg 3- "....Il vous est reproché un manque de communication..."

REPONSE d'Eric BERLIVET, le président du SYDEMER :

K1 026